« Savoir construire un récit » : Une métacompétence pour demain

Article /

« Savoir construire un récit » : Une métacompétence pour demain

Et, elle n’est pas la seule, Gabrielle Halpern, Directrice associée de SBT Human(s) Matter, docteure en philosophie nous indique dans son article pour Harvard Business Review que  le “care”, le sens, ainsi que le collaboratif seront au centre des soft skills demandées .

Un socle de compétences

L’expertise professionnelle sera une pâte à remodeler sans cesse pour s’adapter aux nouvelles réalités. Demain, il n’y aura plus vraiment de formation dispensée une fois pour toute : c’est tout un socle de compétences qui sera plutôt transmis, parmi lesquelles « apprendre à apprendre ». Apprendre à apprendre pour s’adapter, pour se réinventer, pour désapprendre, pour oublier, pour décider, pour trier les informations et pour construire ses connaissances. C’est ce socle de compétences, enseigné par des professeurs d’un nouveau genre, qui me permettront d’acquérir toutes les connaissances dont j’aurai besoin pour remplir telle ou telle mission.

Ce socle de compétences est notamment composé de quatre métacompétences, véritables guides pour les comportements et les actions, fondamentales pour les métiers de demain.

« Prendre soin de » : Cela consiste à être capable de mobiliser ses capacités attentionnelles pour observer, décrire et évaluer la qualité de ses interactions avec ses collègues, ses clients, ses partenaires, ses projets et son environnement au sens large.

savoir construire un récit « Construire de(s) récit (s) » : Il s’agit de savoir développer des intrigues qui créent des ponts entre des éléments différents et suscitent des attentes. Aussi, elles font espérer des prolongements et orientent vers l’action.

« Créer du sens » : Il est nécessaire de rapprocher et de mettre en correspondance les représentations mentales des différents acteurs.

« Évoluer vers des réseaux collaboratifs » : La mise en réseau des informations doit s’accompagner d’une mise en réseau des compétences et des expériences.Il s’agit aussi bien pour chaque acteur de contribuer au réseau que de mettre en lumière les relations et les interactions qui structurent le travail collaboratif d’un collectif d’acteurs.

 

Pour lire l’article sur le récit en intégralité , c’est ici

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

chilienne

Newsletter

Cet article vous a plus ?
Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus nos publications.

Retour haut de page