SLOW FLOWERS : un nouveau concept pour relancer la production française

Une autre douleur du confinement : la mise à la benne des pivoines et autres fleurs sacrifiées

Les producteurs français de fleurs coupées ont été à la fois victimes et bénéficiaires du confinement. Victimes, car ils se sont retrouvés privés de leurs principaux débouchés – les fleuristes et les grossistes – alors que la pleine saison commençait avec le printemps (exemple dans le Var avec les pivoines). Bénéficiaires, parce que leur profession a été médiatisée et soutenue par la vente en ligne alors que les importations étaient à l’arrêt. Pour retrouver l’intégralité de l’article sur la relance de cette activité, c’est ici.

Le Slow Flower : qu’est ce que c’est ?

slow flower

L’email a bien été copié

 

Adepte du Slow et de toutes les tendances sociétales qui s’en inspirent, j’avais consacré un article pour présenter le mouvement Slow Flower au début du printemps. Pour le relire, c’est ici.
L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

chilienne

Newsletter

Cet article vous a plus ?
Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus nos publications.

Retour haut de page